Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Y'a Quoi Ici??

  • : Ma bibliotheque de l'imaginaire
  • Ma bibliotheque de l'imaginaire
  • : Amas de critiques et d'avis sur les oeuvres de littérature de l'imaginaire que j'ai aimées, principalement parce que j'aime écrire.
  • Contact

Bienvenue Voyageur...

guerrier

Recherche

Sommaire

7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 19:00

American-gods.jpg

 

Puisque j'encensais Mr Neil Gaiman à propos de l'inimitable "De bons présages", autant continuer avec American Gods, grande oeuvre que le monsieur a cette fois réalisée tout seul. Et d'ailleurs à tout seigneur tout honneur, c'est le premier Gaiman que j'ai lu et qui m'a poussé à explorer l'oeuvre du maître, dont "De bons présages", c'est pô rien !

 

Infos: Roman fantastique (oui finalement j'en lis beaucoup...) de Neil Gaiman, faisant 599 pages et publié pour la première fois en 2001. Il a remporté notamment les prix Hugo, Nebula et Locus, et se prolonge d'une nouvelle, "Le monarque de la vallée" et d'un (plus court) roman, "Anansi boys". Voilà, vous savez tout.

 

Résumé: On suit ici les aventures d'un homme appelé Ombre, dont les parents alcooliques ont trouvé le prénom au hasard dans un dictionnaire (ce n'est pas dit mais ca me paraît vraisemblable). Et aujourd'hui Ombre sort de prison (faîtes péter le champagne!)... et apprend que sa femme vient de mourir d'un accident de la route (bon bah, whisky pur et sans glaçon alors...). Et lui qui pensait dire adieu à la.... je m'égare! Donc notre Ombre retrouve la liberté (de la vie de célibataire!) et prend un avion pour rentrer chez lui. C'est dans l'avion qu'il rencontre notre second presonnage principal, qui lui dit que, voyageant beaucoup, il s'appelle Voyageur (ca rend mieux que "je m'appelle Jardinier, parce que je jardine vachement !). Cet énigmatique personnage lui propose de but en blanc d'engager l'ex-taulard qu'il est pour le suivre, à prix très alléchant, comme garde du corps comme il le dira plus tard. Après avoir refusé cette proposition trop intriguante dans l'avion, Ombre finira par accepter lorsqu'il reverra Voyageur dans une restaurant entre l'aéroport d'arrivée et son domicile, éloignés de 400 kilomètres et ce après 1h30 de route. S'ensuivront une multitude de rencontres d'autres personnages mystérieux, amis ou ennemis de Voyageur, dont Ombre comprendra rapidement l'essence mythologique. On lui apprendra que les dieux sont parmi nous, ainsi que certains êtres mystiques de moindre importance, et que les nouveaux-dieux, comme la télé, la voiture ou Internet, comptent bientôt déclarer la guerre aux anciens, pour s'emparer des croyances du monde entier, Voyageur et Ombre se trouvant bien évidemment du coté des anciens. Rien que ça...

 

Personnages:

Ombre est parfaitement réussi. D'un jugement que l'on approuve a chaque chapitre, torturé mais pas trop, et évoluant tout au long de l'ouvrage. Il est par contre d'un sérieux qui frôle l'ennuyeux, mais est heureusement contrebalancé par Voyageur, très souvent présent et franchement plus léger. Cet être énigmatique ne prend jamais rien au sérieux, même les pires dangers, et trouve souvent le mot juste pour faire sourire, que la situation soit anodine ou dramatique. Il pourrait être énervant de mégalomanie, à se prendre pour un dieu... mais pour une fois on ne lui en voudra pas.

Evidemment d'autres personnages apparaissent, le problème c'est qu'il sont très nombreux et tous de même importance, quelques chapitres et pour la plupart un retour sur la fin. Donc on va juste dire qu'ils sont très bien, souvent divins, et sont notamment, un alcoolique adepte de bagarre.... d'alcooliques (mais au grand coeur), une paire d'intellectuels dirigeant une entreprise de pompes funèbres ou une fofolle vivant dans les parcs et ne jurant que par les pique-nique. Ces personnages sont très attachants et permettent en plus de nous informer sur différentes divinités ou folklores irlandais, égyptiens, scandinaves... Citons aussi un dieu africain totalement irréfléchi, et dont on pourra se passionner (vraiment) pour la mythologie dans le court roman "Anansi boys".

A ceux-ci s'ajoutent les désagréables nouveaux-dieux, peu vus donc on ne fera que les mentionner, mais parfaitement détestables a chaque fois qu'on les voit. Encore une réussite.

Ha, et n'oublions pas Laura (ou ce qu'il en reste après sa rencontre avec un 35 tonnes!) la compagne décédée d'Ombre (non, non, non, la mort n'empêche nullement d'être un personnage important dans un roman fantastique, c'est bien connu...), personnage marquant presque à toutes ses apparitions (difficile à aimer, mais impossible à détester.)

Alors que dire à part... 4/5 (on aurait aimé Ombre moins sOmbre et des nouveaux-dieux plus présents?)

 

Histoire:

Moi j'aime. Le fond est bien trouvé et vraiment bien travaillée, surtout en axant cette histoire sur l'enchaînement des rencontres (c'est pourquoi les personnages sont si nombreux) et sur les sentiments d'Ombre face à tout ceci. Et dans la forme par le fait que American Gods soit en fait une sorte de road-book. Nos deux héros sont constamment sur les routes et c'est très agréable. On se demande à chaque chapitre dans quelle ville à 300 kilomètres de la précédante vont se retrouver nos héros. Et puis dans l'idée une histoire basée sur la religion ça fait saliver, encore faut-il la trouver. Et ici elle vraiment bien trouvée et bien utilisée.

Ha, et le héros constamment déprimé et en proie au doute aussi, c'est assez original dans le domaine pour être une qualité (je rajoute ça après l'avoir écrit et effacé dans "Les -" héhé)

Un seul bémol, c'est quand même assez lent et long, défauts qui peuvent se compenser par le style, auquel on s'attaquera juste après avoir attribué un nouveau 4/5 à l'histoire.

 

Style:

Alors ça compense? Bien sûr, c'est du Gaiman ! Bien souvent une description sommaire mais juste, les impressions d'Ombre, puis action et dialogues. Les dialogues sont prépondérants, puisqu'on a affaire à une succession de rencontres. Et ils sont très bons. Parfois drôles, parfois prenants souvent empreints de surenchères, à celui qui dominera l'autre. Un régal, et c'est ce qui nous permet d'aimer tous ces personnages s'engueulant constamment.

Ha et notons aussi une excellente variation du style lors des, trop rares, passages décrivant les religions et folklores qu'Ombre rencontre au cours de son voyage. Donc 4.5/5, sûrement le meilleur Gaiman et c'est pas peu dire

 

D'un point de vue subjectif:

Un livre qui fait peur: une couverture discutable, beaucoup de pages, un sujet à risque... personnellement il a traîné dans ma bibliothèque une bonne année avant que je ne l'ouvre. Et puis ensuite j'ai été surpris d'en devenir si accroc. Pour le style surtout, qui fait passer le temps à une vitesse incroyable. Et son abscence de défauts ensuite, les personnages sont bons, il en arrive de nouveaux toutes les 50 pages, l'histoire est bien traitée.... Bon il y'a peu d'action, mais est-ce ce que l'on attend d'un livre depuis que le dieu-cinéma s'est montré? A chacun ses attentes, mais j'étais justement surpris à chaque fermeture du livre, du plaisir que j'avais éprouvé à lire ces pages ou rien d'important ne se passe (ou presque), en attente d'UN évenement important que les nombreux héros espèrent empêcher d'un moyen ou d'un autre... On en vient à vraiment les soutenir, au risque qu'il ne se passe au final définitivement rien d'important du livre, si ce n'est NOTRE rencontre avec eux. Et avec Neil?

5/5 pour cette conclusion, mais pour le bouquin en lui-même 4.5/5 à nouveau car malgré toutes ces qualités il m'est arrivé (il me semble) de trouver le temps un peu long, de rares fois.

 

Ce qui nous fait un très beau 17/20. Vraiment à lire si vous n'avez pas peur de 600 pages avec peu d'action, mais un immense talent.

 

Les + : les personnages nombreux et superbes; le style qui pourrait redonner le goût de le lecture à Jean-Pascal ou Loana; l'histoire et notamment ses nouveaux-dieux créés par notre societé et dont j'ai peu parlé mais qui peuvent donner a reflechir (c'est vrai, si nos ancêtres vénéraient des dieux de la chasse ou de la récolte parce que c'est ce qu'ils vivaient au jour le jour, on peut considérer le postulat d'American Gods comme le prolongement logique de toutes les religions polythéistes... si si si !)

 

Les - : c'est long; peut être un peu difficile a lire (j'ai dit peut-être et un peu, hein!); Voyageur absent dans la seconde moitié du livre manque un peu

 

(parce que je suis généreux et que la couverture française est vraiment bof, un superbe fan-art des personnages que j'ai trouvé en cherchant la couverture. Pour info, Mr Wednesday=Voyageur.)

American GODs in Gods by zelu

Partager cet article

Repost 0
Published by Balt - dans Fantastique
commenter cet article

commentaires

Luna 29/12/2011 10:03


Personnellement, ce livre n'est pas fait pour moi ! Bon, peut-être aussi parce que malgré tout mes efforts, Gaiman n'est pas un auteur qui me convient...


J'ai bien aimé l'histoire d'American gods, mais y'a beaucoup de longueur. Beaucoup trop pour moi.