Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Y'a Quoi Ici??

  • : Ma bibliotheque de l'imaginaire
  • Ma bibliotheque de l'imaginaire
  • : Amas de critiques et d'avis sur les oeuvres de littérature de l'imaginaire que j'ai aimées, principalement parce que j'aime écrire.
  • Contact

Bienvenue Voyageur...

guerrier

Recherche

Sommaire

6 mars 2011 7 06 /03 /mars /2011 15:18

LaBalleDuNéant

 

Nouvelle incursion dans ce domaine sous-représenté ici qu'est la science-fiction avec "La balle du néant", que j'ai lu quand pour marquer une pause entre 2 cycles de la Compagnie Noire. J'ai voulu compulser (j'aime ce mot, c'est son premier emploi mais certainement pas le dernier... C'est exactement synonyme de "lire"... incroyable non?) un petit bouquin, rapide car la compagnie ne pouvait se passer de moi bien longtemps (ou l'inverse?), et dans une ambience différente... et j'ai été servi par ce roman, comme vous allez le voir.

 

Infos: Polar de science-fiction de 184 pages publié en 1996 et signé Roland Charles Wagner, un écrivain de SF français. C'est le premier tome d'un cycle appelé les futurs mystères de Paris, s'inscrivant lui même dans un ensemble plus vaste appelé "Histoire d'un futur" comprenant un autre cycle (3 romans et 3 nouvelles) et 2 romans indépendants. Le cycle des Futurs mystères de Paris reçut en 1999 le grand prix de l'imaginaire du roman francophone.

Pour les plus férus de culture, ces "futurs" mystères de Paris sont un prolongement litéraire des Mystères de Paris, des Nouveaux mystères de Paris et des Derniers mystères de Paris, respéctivement écrits par Eugène Sue, Léo Mallet et Frédéric Dard, en 1842, 1954 et 1956, que je n'ai pas lu car je n'étais pas né, et à l'époque ils n'avaient même pas la couverture en couleur...

Pour finir, mentionnons que l'auteur, Roland C. Wagner est également chanteur du groupe relativement connu "Brain Damage" depuis 1983, groupe de rock français à tendance psychédélique, ce qui colle bien a Roland Charles, qui parsème ses romans de gentils junkys, a écrit un roman appelé Ganja et (surtout) a publié quelques romans sous le pseudonyme Red Deff.... Oui oui, Red Deff... J'adore!

 

Résumé: On verra l'énorme background sociétal dans la partie "Histoire". Contentons-nous ici de dire que l'argument de ce roman est l'enquête menée par un détective privé sur le meurtre d'un chercheur, enquête effectuée sur demande de la soeur de ce dernier. Et pas n'importe quelle enquête: Roland C. Wagner revisite ici à la sauce futuriste le plus cliché des meurtres mais aussi le plus insolvable: le meurtre en chambre close, c'est à dire que le pauvre Herbert est retrouvé avec un surplus de plomb dans le cerveau dans une chambre d'hôtel fermée à clef, dont la clef se trouve à l'intérieur. Et croyez-moi, la solution à cette énigme n'a jamais été celle apportée dans cet étrange futur.

 

Personnages:

Le personnage principal porte un doux sobriquet, un peu long pour appartenir à la compagnie noire, mais tellement discret.... Temple Sacré de l'Aube Radieuse.... Oui, oui, c'est son prénom. Heureusement que ses parents n'étaient pas épris de prénoms composés car, sérieusement, Jean-Temple Sacré de l'Aube Radieuse, ça a moins de classe... Mais ne vous en faites pas, son prénom n'occupe pas à lui seul un dixième des 184 pages, dans l'intimité on l'appelle Tem... Oui, la même sonorité que le chef d'oeuvre de Patrick Sébastien. Une coincidence? Je dirais plutôt un infâme message subliminal, dont je ne comprends pas encore la finalité mais j'y travaille. Tem, donc, est détective privé. Un boulot qui lui convient bien parce que c'est un transparent. Comprenez par là un mutant (attention, apparition du coté science fiction!) qui passe parfaitement inaperçu. 99% des gens ne se rendent pas compte de sa présence, certains même pendant qu'il leur adresse la parole. Ca aide pour un détective privé. Pour diminuer un peu cet effet qui, au final, est bien souvent peu pratique, il porte constamment un borsalino vert fluo et des vêtements tout aussi fluos, mais ça ne marche pas des masses (vous pouvez d'ailleurs aller voir la représentation qui est faite de lui, plutôt juste si ce n'est qu'il a un visage, sur la couverture de la nouvelle édition dont je ne dispose pas, à la fin de cette critique). Bon, donc un détective passe-partout. Mais quid de son caractère? Hé bien il est plutôt cool. Flegmatique, nonchalant et décontracté, il est plus proche de Colombo que de Jack Bauer. Son modèle? Sherlock Holmes? Trop drogué! Hercule Poirot? Trop belge! Non ce sera Nestor Burma! Il n'arrête pas de louer ce bon vieux Nestor (peut-être est-il jaloux de son prénom presque plus classe que Temple Sacré de l'Aube Radieuse?) et de se demander ce qu'il aurait fait à sa place. Plutôt cynique (décidément) c'est un vrai plaisir et une bonne rigolade de suivre ce héros au long des 184 pages.

Un autre personnage à signaler? A part les personnages secondaires (la soeur de la victime, ses collègues, le meilleur ami toxicomane de Tem.... Tous très réussis et remplissant parfaitement leur rôle.... d'ombre furtive dans l'histoire) il en reste un pour le moins intéressant: GLORIA, une aya, comprenez une intelligence artificielle. Enfin pas n'importe laquelle... La meilleure. Mise au point par quelque association militaro-économique et gardée loin de la planète dans un satellite militaire... jusqu'à ce que Tem décide, bien avant le début de cette histoire, de profiter de son Talent de transparence pour visiter un satellite militaire (curieux divertissement je vous l'accorde... il y a fort à parier qu'il a testé la visite des douches féminines de la piscine du coin avant, mais ce n'est pas précisé...). GLORIA profita de sa venue pour s'échapper avec lui et le suit désormais dans ses enquêtes, tout en menant sa petite vie d'intelligence artificielle anarchiste de son côté. GLORIA est caustique, anarchiste, mégalomane, et surtout omnipotente ou presque... Et attention dans ce monde, dont nous allons parler bien vite, cette intelligence artificielle peut vraiment faire beaucoup de choses.... Outre les capacités d'espionnage informatique évidente, elle peut, par exemple, faire apparaitre un visage sur le mur de la cuisine de Tem pour lui parler de vive voix (c'est d'ailleurs en général comme ça qu'ils communiquent). C'est pour vous donner une idée de ce personnage bien peu ordinaire...

Donc, un personnage principal plutôt parfait, un bras-droit quasi-omnipotent, les deux étant drôles, et des personnages secondaires réussis.... Je vois qu'un 5/5 pour être cohérent

 

Histoire:

Alors là... Essayons de planter le décor. Dans le monde des Futurs Mystères, les pensées, les volontés, les envies des humains forment une entité intangible mais ayant de réelles répercussions sur l'Humanité appelée la psychosphère. Dans le passé (quelques 50 ans plus tôt), cette entité et une autre bien connue appelée la réalité se sont heurtées, provoquant un évenement mondial, La Grande Terreur primitive. Et ce jour l'Humanité changea. Elle prit conscience de l'existence de la psychosphère, apprit en partie à interagir avec, des mutants aux pouvoirs variés naquîrent (allant de la Transparence au fait de tomber très lentement....), la guerre disparût et avec elle la très grande majorité des violences. Ainsi la societé humaine changea de forme, la plupart des états disparaissant au profit de grands conglomérats économiques, tandis que les populations se répartirent en Tribus, en général selon leurs gouts (musique, drogue, cuisine à l'estragon.... il y a de tout) et les sectes se multiplièrent, parfaitement autorisées et prêchant des religions allants du bizare au farfelu en passant par le saugrenu (moi même j'ai créé la secte des adeptes du synonyme... étrange?). Voilà donc pourquoi notre bon Tem est engagé par la soeur de la victime: la disparition de la violence a entraîné un certain relâchement de la part des forces de l'ordre, qui abandonnent bien vite cette affaire en chambre close insolvable.

Pour ce qui est du scénario de cette enquête, ca part parfaitement sans originalité, mais, comme je l'ai dit la conclusion n'en manque pas. Et surtout l'enquête sera l'occasion de goûter à ces tribus, ces sectes et ces conglomérats, tout cela en 184 pages, chapeau l'artiste!

Donc une enquête rondement menée, un monde carrément captivant... Ce sera donc 4/5, seulement, car le background est difficile a bien comprendre (on le révèle par petites touches, pas tout d'un coup), je ne suis d'ailleurs pas certain que plus de la moitié de ce que je vous ai raconté sur ce qu'est la psychosphère est juste. Et en plus tout n'est pas révélé, loin de là, notamment sur la Grand Terreur primitive (ce qui se passa vraiment pour tout un chacun à ce moment-là) et ça, c'est plutôt frustrant.

 

Le style:

Pour commencer, c'est drôle. L'histoire, tout comme Tem, ne se prennent pas au sérieux. et on sourit bien souvent. Le narrateur est Tem, donc emploi du "je", agréable quand c'est bien fait, et ici c'est le cas. Je viens de tomber sur un chapitre qui finit par un long paragraphe sur la difficulté de l'enquête, puis retour à la ligne et "Nestor, aide-moi". C'est du même tonneau pendant tout le roman, Tem n'hésitant pas à donner son avis sur chaque aspect de la societé qu'il croise, et, vous l'avez compris, on est face à une societé pour le moins multi-facettes. Le découpage est efficace, des chapitres d'une dizaine de pages illustrant chacun un déplacement dans l'enquête de Tem. Et l'alternance description/dialogue est agréable, environ 50/50. Et en prime, on a droit à plusieurs scènes d'action, le véritable coupable essayant de se débarasser de notre bon détective ou des témoins génants.

Alors hop, un 4/5 pour signaler que ce n'est pas parfait (on aurait peut-être aimé plus d'actions, moins d'atermoiments, ou d'anecdotes peu utiles... Mais ca reste quasi-parfait hein!!! Ha oui, et des explications plus claires sur la psychosphère et la Grande Terreur primitive auraient été appréciables)

 

D'un point de vue subjectif:

Ca sera court je pense. J'ai beaucoup aimé Tem (mais tout le monde t'aime Tem... T'aimes? C'est le thème !), j'ai beaucoup aimé l'idée de cette intelligence artificielle surpuissante, j'ai surtout beaucoup aimé ce monde. Il a un potentiel pour offrir vraiment une infinité de scénarios, tous plus absurdes les uns que les autres, et vécus, donc, par un personnage haut en couleur (c'est pas peu dire). Non le seul problème c'est que si j'aime ce qu'est devenu ce monde, j'ai du mal à en comprendre les origines... la psychosphère, la Grand Terreur primitive... Honnêtement j'ai pas compris grand chose et ce que je vous ai dit tout à l'heure résulte du peu que j'ai compris et de ce que j'ai lu quelques minutes plus tôt sur wikipedia... C'est dommage quand même. Mais bon, après tout ce n'est que le premier tome d'un cycle qui appartient à un ensemble encore plus vaste comprenant notamment des préquelles, alors je reste persuadé que je finirais par avoir ma propre compréhension de tout cela... Mais c'est quand même frustrant d'aimer un livre, d'aimer son univers, en ne comprenant pas les explications sur ce qui lui a donné naissance. Donc un 5/5 - 1/5 pour trucs trop durs à comprendre, ca nous fait 4/5

 

Donc une note finale de 17/20. Très bonne note pour très bon livre. Moi qui lit très peu de SF et de polars, j'ai pu faire les deux en même temps et avec beaucoup de plaisir et surtout en me disant que ce n'était que le premier pas dans un monde riche en promesses. Et en plus, c'est drôle et plein de suspense (que ce soit sur l'affaire à élucider ou sur l'explication des origines de ce monde). Alors n'hésitez pas, si vous vous dîtes que 184 pages de SF-polar totalement décalé ne peuvent pas vous faire de mal, vous avez sûrement raison. Je vous laisse, ca va être l'heure de Nestor Burma.

 

Les +: drôle; novateur; un personnage central excellent; pour une fois ça fait moins de 400 pages; premier pas dans quelque chose d'assez vaste sans être un disque-monde ou une roue du temps; ca change un cycle sans fil-rouge: on en lit un et on peut attendre 2 mois avant d'y retourner; des "supers"-pouvoirs sans guerre ni violence... c'est plutôt nouveau; bonne matière pour critiquer quelques travers de notre societé à travers ces tribus et ces sectes en tout genre.

 

Les -: ça fait moins de 400 pages (pour le coup, quand c'est bon on ne compte pas); des informations importantes sur ce monde ne sont pas encore révélées; on ne comprend pas toutes les informations déjà révélées.

 

(Hi, haaave you met Ted Tem?)

LaBalleDuNéant2

Partager cet article

Repost 0

commentaires