Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Y'a Quoi Ici??

  • : Ma bibliotheque de l'imaginaire
  • Ma bibliotheque de l'imaginaire
  • : Amas de critiques et d'avis sur les oeuvres de littérature de l'imaginaire que j'ai aimées, principalement parce que j'aime écrire.
  • Contact

Bienvenue Voyageur...

guerrier

Recherche

Sommaire

16 juillet 2014 3 16 /07 /juillet /2014 00:35

706016.jpg

 

Bienvenue. Voilà une nouvelle critique d'un roman inspiré des nombreux jeux de rôles que l'on peut regrouper sous l'appelation "World of Darkness" (WoD). Celui-ci s'inspire plus précisément de Vampire: The Masquerade, soit le premier jeu sorti il y a plus de 20 ans. Sans entrer trop dans les détails, l'univers de WoD est semblable au nôtre à ceci près que les vampires, les fantômes, les loup-garous, les êtres féériques et différentes factions d'humains luttant généralement contre certains de ces bestiaux (mages et hunter) existent bien que la population n'en sache rien. On s'intéressera ici plus précisement aux vampires qui sont les seuls intervenants dans ce roman. Il en existe 13 clans, chacun ayant des pouvoirs, des ambitions et des défauts différents, eux-mêmes organisés en 2 sectes: la Camarilla, qui oeuvrent pour une societé vampire organisée et cachée car l'Inquisition, chasse aux vampires organisée par les humains durant le Moyen-Age, reste un mauvais souvenir pour eux, et le Sabbat, plus partisans de "la loi du plus fort" (par exemple, exterminer un large groupe d'humains n'est pas un soucis, tant qu'il n'en reste aucun en vie pour raconter ce qu'il a vu). Pour se faire une idée des différentes entre les 13 clans, citons les Giovanni qui peuvent asservir les fantômes (et qui sont d'ailleurs les seuls à pouvoir communiquer avec eux); les Nosferatu à la laideur monstrueuse mais capables de devenir quasiment invisibles pour quelques minutes; ou les Gangrel, qui ont la capacité de se transformer en bête sanguinaire (au sens propre comme au figuré). Et ils sont 13... Et ils sont pas contents...

 

Infos: Alors... The Fall of Atlanta n'est en fait pas un roman à proprement parler... À l'origine, chaque clan s'est vu illustré d'un roman, tous écrits par un auteur différent et publiés sur plusieurs années. Mais dans le Monde des Ténèbres comme dans le nôtre, tout est lié: chaque roman avait ses personnages principaux et son fil narrateur mais beaucoup d'évènements étaient relatés dans plusieurs d'entre eux, d'un point de vue différent et, parfois, pour une raison différente. Ainsi, quelques années après la parution du dernier d'entre eux, une sorte d'anthologie a été créée. C'est d'autant plus pertinent que l'organisation des romans de base est la suivante: plein de mini-chapitres allant d'une demie page à unedizaine de pages, introduits par la date, l'heure et la ville où l'action se déroule. Ainsi, cette anthologie est un mélange de tous ces chapitres, replacés dans leur ordre chronologique et agrémenté chaque fois d'un petit symbole permettant au lecteur d'identifier le roman d'origine (et donc le clan d'appartenance du personnage principal s'il était encore inconnu). Ceci est donc le premier volume de cette anthologie qui en contient quatre. Sa publication date de 2003, il s'étale sur 590 pages et n'est trouvable qu'en langue anglaise. Les auteurs cités sur la page de l'éditeur sont Stewart Wieck, Gherbod Fleming, Eric Griffin et Kathleen Ryan, mais je les soupçonne d'avoir allégé la liste par manque de place...

 

Résumé: C'est le bordel ! Alors que les prophètes du clan Malkavian sentent arriver la fin des temps annoncée depuis toujours (ce qui, au final, ne change pas de d'habitude, mais quand même...), les 2 clans du Sabbat (les Lasombra et les Tzimisce) lancent l'assaut sur Atlanta, l'une des nombreuses villes contrôlées par la Camarilla, et envisagent même de poursuivre leur route à traversles Etats-Unis si ils sont victorieux. À côté de ça, de puissants artefacts que l'on croyait disparus sont convoités par plusieurs groupes de vampires et leur réunion pourrait bien amener un danger encore plus grand dans le monde des Caïnites (un autre mot pour désigner les vampires).

 

Personnages

Forcément, il y en a des tas. Si chaque roman à l'origine de cette anthologie avait, disons, 3 personnages principaux, imaginez le résultat. Je ferai court en ne citant même pas les plus importants, car il n'y en a pas vraiment, mais simplement en analysant l'impression générale qui s'en dégage. Elle est plutôt très bonne. Les personnages et leurs caractères sont très variés, et c'est dû non seulement au jeu de rôle dont est inspiré le recueil et qui a évidemment accordé une importance significative au fait de définir chaque clan précisément, mais aussi aux auteurs qui ont chacun su rester parfaitement fidèles au matériau de base. Mais même au sein d'un même clan, les personnages sont travaillés et leurs actions ou leurs dires sont diversifiés et cohérents. Petit bémol pour les Malkavian qui sont parfaitement incompréhensible, mais ce sont des prophètes réputés pour être tous atteints de folie et être incompréhensibles, donc... Et second bémol: on ne s'attache vraiment à aucun de ces personnages. Après tout c'est normal, on suit des vampires: des êtres sans grande morale et s'opposant les uns les autres pour le pouvoir et non pas pour "rendre le monde meilleur". Néanmoins, quand on joue à ce jeu, on peut parfois, dans une certaine mesure, "jouer un gentil", et ici il n'y en a pas vraiment... Ce qui est bien dommage car dans cette folle quantité de personnages, on aurait aimé avoir UN héros qui, bien qu'on ne suive ses aventures que très épisodiquement, nous donne vraiment envie qu'il remporte la mise sur ses rivaux... Il y en a peut-être un, mais on ne le voit que sur une grosse vingtaine de pages qui ne se trouvent qu'au tout début du livre. Espérons qu'on le retrouve dans les prochains volumes. Donc 3.5/5 pour les personnages.

 

Histoire(s)

Comme le suggère le titre et comme je l'ai moi même révélé précédemment, l'évènement le plus important de ce recueil est l'assaut d'Atlanta par les vampires du Sabbat, notamment certains très puissants envoyés directement du vieux continent dans ce but précis. C'est déjà une bonne chose, puisque cette lutte entre la Camarilla et le Sabbat constitue le pilier de l'univers de World of Darkness, côté vampires du moins. Et l'adepte de cet univers, qu'est forcément tout lecteur de cette anthologie qui s'étale au final sur 2000 pages en anglais, appréciera de suivre une offensive majeure du Sabbat qui, si elle se concrétise, affectera immensément l'équilibre des forces. À côté de ça il y a cette fameuse histoire d'artefact, très intéressante et qui a le mérite de faire intervenir plusieurs humains (conscients ou non de l'existence des vampires), reliant ainsi les deux mondes. En fait, la trame de l'histoire met en jeu nombre d'aspects sociétaux, mais chez les vampires: politique, guerre, marchandage, enlèvement et même histoire d'amour, on a droit à toute la palette. Le tout, encore une fois, en suivant un fil rouge des plus captivants pour qui s'intéresse à cet univers. Donc sur ce point un bon gros 4.5/5, nuancé par le fait que pour l'instant aucun fait de très grande envergure n'a lieu, si ce n'est la prise (ou non) d'Atlanta, mais on n'en voit pas encore les répercussions. Une mini-nuance à un demi-point toutefois, puisque c'est tout à fait pardonnable pour un ouvrage qui n'est après tout qu'un quart de l'anthologie.

 

Style

Ici, le bât blesse. Déjà le style en lui-même varie beaucoup, certainement en raison des nombreux auteurs. Certaines scènes de combat ou certains dialogues politiques sont proches de la perfection quand d'autres "chapitres" sont bien moins captivants voire difficile à comprendre, que ce soit dans le fond ou dans la forme (bien que je considère avoir un niveau d'anglais très correct). Les petits chapitres faisant en moyenne 4 ou 5 pages sont, à mon avis, une qualité: le rythme est rapide et les descriptions à l'utilité discutables sont absentes. Ca avance bien, et on n'a pas le temps de s'ennuyer. Mais si le bât blesse c'est à cause de l'essence même de l'ouvrage: du début à la fin, un mélange de chapitres issus de plusieurs romans et mettant en jeu une quantité hallucinante de personnages. Si l'idée est bonne pour refaçonner ces 13 romans traitant de sujets proches, le résultat est infiniment dur à suivre. On oublie petit à petit les noms des personnages, on retourne vérifier ce qu'ils faisait de leur non-vie 50 pages plus tôt, parfois pour se rendre compte qu'en fait on ne les avait jamais rencontré auparavant... Bref, c'est un peu beaucoup le bordel et il faut s'accrocher pour ne pas (trop) perdre le fil. Cette sensation a bien sûr tendance à s'estomper petit à petit, mais étant donné la quantité de personnages, dont certains ne prennent une réelle importance qu'en cours de route, j'avais toujours des hésitations sur la fin. Avec un peu de chance, d'ici la fin des 2000 pages cette nuisance aura complètement disparu, mais pour le coup elle m'impose de noter le style de The Fall of Atlanta assez durement avec un 1.5/5.

 

D'un point de vue subjectif

J'ai pris plaisir à lire cet ouvrage, malgré les difficultés citées juste au-dessus. Que ce soit pour l'histoire, l'univers bien retranscrit ou le rythme. La plupart des personnages sont intéressants et leurs interactions sur fond de complot participent à faire de ce premier tome une lecture agréable. Malheureusement, le problème inhérent à l'effet "13 romans dans un seul" a grandement nuit à mon plaisir de lecture et m'empêche d'attribuer subjectivement une note supérieure à 3.5/5 bien que dans le fond, le livre soit au-dessus de cette note... sans ce problème.

 

Au final on a une note de 13/20. En deux mots: une anthologie qui ravira les fans de Vampire: The Masquerade n'ayant pas peur de s'embourber dans, à vue de nez, une grosse cinquantaine de personnages dont il faut connaître les noms et les fonctions et qui parfois attendent plusieurs centaines de pages avant de vous rappeler leur existence.

 

Les +: l'univers en lui même et la fidélité avec laquelle il est utilisé; une trame principale mettant en jeu la lutte entre la Camarilla et le Sabbat, soit le pilier de cet univers; la richeses des situations (politique, combat, discussions entre collectionneurs d'antiquité, torture, cambriolages...) et l'originalité du point de vue vampirique; les artefacts dont la puissance est suggérée et qui donnent très envie de lire la suite pour en savoir plus; la diversité des personnages qui, bien que tous plutôt maléfiques, ont des manières d'être bien différentes.

 

Les -: trop de personnages à retenir; quelques mini-chapitres sans intérêt, sans lien avec l'histoire et très obscurs; l'abscence de héros animé par de bonnes intentions; un peu long à démarrer.

Partager cet article

Repost 0
Published by Balt - dans Fantastique
commenter cet article

commentaires